Les émotions primaires

30/06/2018

Émotions primaires en situations à risque. Au nombre de six, les émotions primaires jouent un rôle déterminant en présence de situations à risque élevé : la surprise - la peur - la colère - la tristesse - le dégoût - la joie. Vous observerez que seule la joie figure à 100 % comme émotion positive. L'impact des émotions négatives sur la personne peut amener celle-ci à adopter un comportement adapté ou néfaste.

Au nombre de six, les émotions primaires jouent un rôle déterminant en présence de situations à risque élevé : la surprise - la peur - la colère - la tristesse - le dégoût - la joie. Vous observerez que seule la joie figure à 100 % comme émotion positive. L'impact des émotions négatives sur la personne peut amener celle-ci à adopter un comportement adapté ou néfaste.

Les deux émotions les plus complexes :

La Surprise

Cette émotion est la plus difficile à maîtriser. Elle nous pose bien des soucis puisqu'elle arrive "Sans prévenir". En fait, pas tout à fait. Souvent nous avons toutes les indications objectives qu'une situation va se modifier, mais comme notre niveau de vigilance est assez faible, l'effet de surprise nous apparaît comme inattendu. L'effet de surprise varie en fonction du temps de préparation pré-surprise et nos réactions ne sont pas identiques à ce moment là. Cependant, le temps qui précède la surprise est un facteur déterminant sur notre réponse comportementale. Ce sont ces quelques secondes qui peuvent nous guider vers une posture adaptative. J'appelle ce temps: Le temps de préparation.

  • Avec temps de préparation: Entre 5 et 15 secondes

Détection - Compréhension - Analyse - Action
L'effet de Surprise fonctionne aussi pour les auteurs d'agressions. L'état d'esprit fait la différence.

  • Sans temps de préparation: Moins de 5 secondes

Réflexe - Survie - Action ou Prostration
La surprise est totale, instantanée, ne permet que peu de réflexion. Seul l'instinct " C'est à dire l'art de ne pas réfléchir" permet une immédiate adaptation ou pas.

LA PEUR


Nous avons tous PEUR de quelque chose... PEUR de s'engager, PEUR d'avoir des enfants, PEUR de perdre un être cher, PEUR de mourir, PEUR de l'orage, PEUR d'affronter certains problèmes tout en sachant qu'il n'y a peut-être pas de solution,PEUR de perdre son travail....
La PEUR est présente à un moment... un instant... et pour certaines personnes, au quotidien. Le problème n'est pas la peur en elle même. C'est sa gestion qui en fait une difficulté. De façon assez binaire, soit c'est une alliée, soit c'est une ennemie. Lorsque c'est une alliée, elle peut se transformer en énergie salvatrice et bienfaitrice. Mais lorsqu'elle arrive, tout peut devenir très vite compliqué...


L'anticipation

C'est à dire, la capacité à "prévoir" les prochains instants et adapter une conduite juste. Dit autrement, c'est comprendre ce qui se passe, et agir en conséquence. Anticiper, c'est posséder plusieurs atouts :

  • Saisir notre environnement seconde /seconde.
  • Détecter rapidement les modifications immédiates de cet environnement.
  • Être en mesure d'avoir une réflexion rapide sur ce qui est "nouveau".
  • Adopter l'attitude juste et immédiate.

Tout cela doit être fait en moins de 20 secondes. Anticiper ce n'est pas maîtriser la situation future, c'est tout mettre en œuvre pour diminuer la notion de surprise et donc, diminuer mon temps de réaction